Panier 0

dans la continuation du court : Cross de Maurepas

Courses

cinq-0001.jpg

Suite dans la série des bonnes résolutions : au lieu de refaire la combo Marathon de Nice- Cannes suivi par Marathon de Boston je continue dans le court.

Après mon plan d'entrainement estival axé autour d’un 10 km suivi par une semaine intensive de VTTTTTTT j'ai du résoudre quelques soucis logistiques pour organiser la prochaine étape dans ma vie d'athlète de bas niveau.

Après pas mal de tours de stade ces trois derniers mois je me sens armée pour me lancer dans l'aventure extrême : une course d'une distance dix fois inférieure à ma dernière course objectif (l'Ecotrail) ! pfiou

 

image.jpg

Je regrette bien avant d'avoir même me rendre au départ mais puisque je l'ai annoncé à tous le monde pour me forcer d'y aller il est trop tard pour reculer. 

C'est une organisation qui est bien rodée depuis des années que ce cross existe, je suis arrivée un peu en avance, la première à l'inscrire sur place. Première course avec la nouvelle licence, je vérifie bien que mon nouveau club est bien noté et hop je pars m'échauffer. Un bon footing de 25 minutes suivi par des étirements, quelques gammes et des mini sprint. J'en reviens pas que je ne vais courir que 6km. Il fait bien frisqué, 6°C accompagnée d'un magnifique soleil d'automne. Je croise un kikourou mais il ne me reconnait pas, sniff. C'est vrai, je n'arbore pas l’une de mes casquettes habituelles.

P1060430Glagla dans mon débardeur, je n'ai pas encore le maillot de mon club mis la couleur colle déjà et le bleu me va tellement mieux.

On est environ 250 à s'aligner derrière la ligne de départ sur le mail de l'avenue de Vendée, dont probablement un tiers sur le 6km le reste sur le 12. L'ambiance est bonne enfants, des athlètes très sérieux se mélangent avec ceux et celles qui se prennent bcp moins au sérieux.  

Le départ donné je me lance avec les premiers, l'idée est de faire de la vitesse (on ne rigole pas !!) pendant les deux - trois kilos et voir où j'en suis après.

 

 

un drôle de parcours sur l’herbe devant les immeubles, sur la piste cyclable, les trottoirs, à contourner les poteaux et barrières délimitant les passages piétons. On croise même la course des gamins qui fait chemin inverse et manque à se rentrer dedans. Un vrai cross urbain en fait ! Je suis parti véritablement à fond et reste "tranquillou" entre 3'45" et 4'05" largement au-dessus de mes moyens. Je sens encore bien les courbatures de la session de PPG de mardi ainsi de la natation de la semaine (faute à la combo plaquettes palmes). Ça tire un peu partout (surtout dans les avant-bras).

Après un km environ on rentre dans la foret et ça descend direct, là c'est cette fameuse douleur aux cotes pas ressenti depuis bien longtemps qui me rappelle mes cotes fêlées. 

J'ordonne à Calimero de s'en aller, ce n’est pas le moment de pointer son nez. Heureusement je suis d'où coup absorbée par le parcours, la descente s'accentue et le peloton ralenti. Je mets tout mon poids en avant dans la descente et double quelques hommes (il n'y a pas de femmes devant moi). Mais comme je ne suis pas très stable sur ce terrain caillouteux c'st un peu stressant. Environ deux kilomètre de descente que je connais par cœur - en 1995 j'ai passé pas mal de temps à galoper sur ces chemins pour fuir Paris sous le siège des grévistes. Arrivée en bas, vers le lac je sens bien que je suis partie bien trop rapidement et je connais la suite, quand rien ne va plus c'est tjrs l'allure marathon qui va toujours. Toujours. Deux km de montée, un sur le plat. Le peloton du 6 se sépare du 12, la montée est douce et ça passe bien, tant mieux car Boston ne sera pas plat ! On m'annonce que je suis première féminine. La deuxième suit pas très loin, enfin suffisamment loin pour que m'octroi dix mètres de marche tout en haut de la montée pour mieux attaquer le kilo final.

Une VTTiste m'accompagne sur quelques centaines de mètres puisqu'elle a peur que la deuxième me rattrape (les distances en vélos ne sont pareil en vélo et càp, rattraper 150m de retard sur 900m n'est pas aussi aisé à pied qu'à vélo). Même si je suis certaine que la deuxième, qui d'ailleurs n'attaque pas, ne me rattrapera pas, j'accélère un peu. Pour remercier la dame à vélo ainsi que pour voir ce que ça fait. Niveau jambes pas de problèmes, j'allonge mes foulées en déroulant et fais quelques centaines de mètres à 13.5kmh mais comme habituellement dans ces conditions des nausées monstrueuses, le CO2 veut tout simplement pas passer. Et ces courbatures aux avant-bras me rendent vraiment la vie pénible. Le retour emprunte le chemin d'aller à l'inverse, je sais que Tiga et Elisa m'attendent sur le mail et commence mon kick final. Et voilà, première féminine. C'est n'est pas arrivé depuis le cross de Villepreux 2009.cinq-6km_f_1ere.jpg J'ai l'impression d'avoir misérablement raté ma course, quel ralentissement, quelle souffrance pour rien (pas de vitesse) à la fin. En réfléchissant je me rends compte que la gestion de la course n'était probablement pas aussi cata qu'il me semblait : évidemment il va falloir rééquilibrer les allures de départ et celui d'arrivée mais une course courte est tout simplement plus intense et ne se gère pas comme une course de 56k...à suivre.

 

 

P1060437

Ensuite petite douche dans les vestiaires du gymnase et remise de prix entourés par les miens : magnifique bouquet de fleur, une coupe et un bon d'achat. 

Prochaine étape : la Prom de Nice, début janvier. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Article précédent Article suivant


  • Bambi le
    merci, et la boue il y en tellement en Ecouvia….bonne saison de cross alors !
  • Bambi le
    merci, maintenant càp sur Hopkington !!   et du coup ça sera bien plus pepère
  • Thierry le
    Bravo pour cette perf ! Ça me fait penser que je recommence la saison de cross bientôt… Le cross, toujours un plaisir de courir dans la boue ! Bises de la part du Lutin
  • marioune le
    cool bambinette! tu avais l’air de dire que c’était horrible mais sur la photo tu souris, tu as un très joli bouquet, par contre les deux autres oula …. 6km ça e semble horrible, c’est ce que je mets à m’échauffer en ce moment, ah non plutot même 6 miles à démarrer le moteur…! Oui tout doux avec les plaquettes quand même. bravo la faonette!!

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés