Panier 0

Il y a des jours avec…Paris St Germain la course (30 mai 2010)

Courses

(je rajouterai des photos a fur et a mesure que j'en trouve)

Après un hiver avec un entraînement un peu freestyle suite a une série de mini galères  (énorme bronchite, quatre cotes cassées, intoxication alimentaire et otite/tympan perforé) j’essaie de revenir doucement en rallongeant les courses : après deux 10km zen en avril, une course de sable de 15km le 23 mai j’ai l’opportunité de récupérer un dossard in extremis la veille de la course et me lance sans vraiment réfléchir ni faire du jus avant (60km couru et 150km en vtt les six jours avant le départ). Un ami m’a recommandé cette course (merci Régis) plus tôt dans l’année. 

 De toute manière je n’ai pas grande chose a perdre – seule contrainte étant le trail des Ecouves (35km, D+ 1050m) qui m’attendra la semaine d’après…donc faut pas non plus trop pousser.  

La météo s’annonce pas trop mal, il fait frais (14 degrés environ), nuageux, parfait pour ne pas trop souffrir de la chaleur, seul le vent un peu glacial venant de l’ouest (la course va de l’est vers l’ouest) m’angoisse un peu – le vent de face m’a tellement traumatisée a Boston….

J’arrive assez tôt au village de départ au Jardin d’Acclimatation, l’organisation semble assez fluide et efficace – sauf que ça manque cruellement de WC, quatre pour 3500 coureurs c’est un peu la galère. J’ai l’estomac qui remonte, a la va vite j’ai pris de l’hydrixyr et pas de la boisson d’attente ce matin et du coup j’ai mon estomac qui fait déjà du chachacha, ça promet.

Dans mon esprit la course fait 20km (comme c’est annoncé sur le site internet) et je me range donc dans le sas 1h35 (un peu optimiste, 1h40 seront plus réalistes étant donné ces deux cotes monstrueuses qui nous attendent mais bon, je suis de nature optimiste). Ce sas est pratiquement 100% coureurs de club, il y a du rapide et du très rapide autour de moi et pourtant l’ambiance est vraiment sympa et relax, rarement vu un sas de départ aussi zen avec une aussi bonne ambiance. On grelotte ensemble dans le vent froid une fois le dernier t-shirt enlevé, nos maillots font pas le poids  – heureusement le départ est donné a l’heure et ça part vite devant.

Je me lance tout doucement, premier kilo en 4min50. On a quatre kilos plats dans le bois de Boulogne avant d’attaquer la première ascension, pas la peine de se tuer, je continue jusqu’au 4e kilo en 4min20 au km, très doucement, surtout pas faire d’effort si tôt dans la course. On traverse le pont de Suresnes et la grimpette commence, pff je n’aime pas grimper quand je ne sais pas jusqu’où, j’ai horreur de l’inconnu dans l’effort. D’où coup je ralentis, trop. Les km 5 et 6 sont franchis en 5h30 et 4min55 respectivement, la descente sur Reuil est presque aussi désagréable que lq montée et ça tape bien dans les jambes. Outch. profile.jpg

Juste après 8h30 du matin je passe a cote de la maison de mes beaux parents mais bon, on les a pas prévenu de ma venu matinale.. je vais passer prendre le café une autre fois. Les trois km suivant sont parcourus en en 4min40 de moyenne en traversant Reuil, malgré le ravito qui me fait ralentir.  Je prends de l’eau seulement, n’osons pas le gel puisque mon estomac n’est pas stable

Je reconnais les différents quartiers et pense aux amis qui y vivent (et qui certainement roupillent encore a cette heure ci). Plus loin je reconnais de loin l’ami qui m’avais recommande cette course – un coucou rapide et c’est la deuxième moitie de la course qui s’annonce a moi après avoir franchi le 10km en 46min45 sec.

J’ose finalement un gel avec de l’eau, priant que ça reste. Après quelques minutes longeant la Seine nous sommes amener a monter des petites marches pour accéder au pont menant a Chatou : ça bouchonne et franchement c’est du n’importe quoi. Mais l’ambiance reste conviviale, tout le monde accepte son sort et personne ne grogne.

Le vent souffle fort sur le pont et j’essaie de me cacher derrière des coureurs mais la foule n’est pas assez épaisse et je dois me battre toute seule, sigh. On arrive sur les bords de la Seine du cote Chatou et la partie verte de la course commence. Tout étant relatif et cette partie « nature » se cours sur bitume mais c’est vrai il y a des arbres. Arf. Les km 11 et 12 défilent en 8min pile et je suis perplexe quand j’arrive si tôt et si frais (mon pouls n’as pas dépassé le 173 une seule fois depuis le départ, tjrs de l’endurance active) – et tout doucement je commence a comprendre : le 1h35 est a ma portée sans mettre en péril ma perf au trail d’Ecouves même si la cote finale m’inquiète un peu.

Le chemin devient de plus en plus étroit et quelques vttistes et randonneurs viennent d’en face ce qui encombre franchement le passage. Je franchis le km 19 en 1h27 ayant tenu mon 4min40 depuis le km 12 et du 4min34 depuis le départ. Gloups….bon la c’est le dernier pont et encore ce vent qui me fait reculer – brrrr. Heureusement mon estomac c'est calmé. Et l’horrible cote pointe son nez. Et je ne comprends pas : la cote fait environ deux km, mais on vient de passer le 19e, un peu short pour faire un 20km…le 20e (au milieu de la cote) est franchi en 1h33 (YOUPIE) mais je me sens un peu stupide : ou est l’arrivée, les terrasses du Château sont encore archi loin et petit a petit (je suis un peu lente a réfléchir quand je cours) je commence a comprendre qu’il s’agit d’un semi. Hrmpf. La cote est longue et pénible,  Vivement la cote des Gardes en septembre, Ca sera plus zen. Pas question d’aller trop vite, j’ai deux féminines devant moi, je pourrais les doubler mais franchement il n’est pas question de flinguer mon 35km le we prochain, donc je galope doucement vers l’arrivée (enfin !!),

TP1040814.JPGiga arrive a me prendre en photo sur la dernière ligne droite et en 1h40 c’est terminé, le speaker, qui a déjà été très bien au départ, annonce mon nom et mon club et je suis contente d’une sortie réussie (13 SEF/276, 582/3122 arrivés) - temps officiel). La prochaine fois je pourrais éventuellement tester la vitesse semi, histoire de…

Je me change rapidement et on se dirige vers la Bambimobile (garée a perpet) avec l’impression de ne pas avoir raté ma matinée. Il n’est même pas encore 10h et on a toute la journée devant nous.



Article précédent Article suivant


  • Bambi le
    merki le newly wed
  • loicm le
    Bravo m’dame
  • L'D. le
    belle course Faonette. A mon avis, utiliser la Tigamobile avec chauffeur – c’est plus cool à l’arrivée. Mais l’essentiel c’est d’avoir conserver du ressort pour “poutrer” le Lutin ;))) L’D.
  • fulgurex le
    Belle course. Il faut qu’on s’entende sur une tactique contre le Lutin dimanche prochain… A bientôt
  • Bambi le
    vivement les temperatures clementes d’Ecouvia et la petite brise qui renverserq les barrieres


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés