Panier 0

Les Foulées du Mantois Vexin

Courses

Départ tôt (7h40) après une nuit bien trop courte grâce au chat pour rejoindre Mantes la Jolie. A bord de la Bambi-mobile il y a Bambi (eh oui) et les deux Garfields qui roupillent paisiblement. Tiga doit bosser ce dimanche.

Grâce au GPS on trouve rapidos le Stade JP David près du bassin nautique que je connais si bien d'une vie antérieure.
Je trouve rapidement une place pour garer la Bambi-mobile et prends connaissance de la liste des pré-inscrits avant d'aller chercher mon dossard. Avec joie je découvre Wendy78 parmi les engagés (quelle courage, en pleine prépa Millau mais bon c'est überWendy et elle l'a souvent démontré !).
Petit souci avec mon dossard (ils ont oublié de préciser ma licence) vite réglé et je pars faire quelques tours du beau stade pour calibrer mon Suunto.

Ensuite je pars m'échauffer direction plan d'eau. Grosse boule dans l'estomac quand je vois les rameurs mettre à l'eau. Je devrais là pas ici. Tant pis ; par contre je comprends pourquoi il y a si peu de monde inscrits sur le 8km. C'est tout nouveau. Avant ces foulées de la rentrée se passaient sur un parcours roulant ultra-plat et rapide en ville, désormais ce 10km a été remplacé par un 8km (qui ne sera qu'un 7.2km à l'arrivée) et un 18.3km. En fait, comme on apprendra plus tard, 2009 servira d' édition "test" pour l'organisation qui cherche à créer un semi - le gros des deux courses va se dérouler sur un parcours de cross des écoles. Gloups.

Je finis mon échauffement avec quelques lignes droites et des étirements et le départ est rapidement donné. J'ai tjrs pas vu Wendy78 (elle me doublera peut-être plus tard ?). Le premier km est pour la plupart sur bitume, léger faux plat descendant, parcouru en 4min10, on arrive au bassin, je me fait doubler par deux tri-athlètes (normal hein), deuxième km en 4min 30, mes pieds n'aiment pas trop ce chemin caillaisseux même si ça reste roulant.
Il est difficile de slalomer entre les coureurs (le 18.3 kil est parti simultanément et ça crée évidemment des remous). J'observe les rameurs sur l'eau qui est sans remous, plate, rade une ride. Ils font des exercices techniques. Je suis jalouse.
Troisième en 3min28. Cardio à 182. Je sens mon estomac qui danse le chachacha. La temperature, gla gla à 10°C tôt ce matin doit maintenant avoisiner les 15°/17, il fait bon, le soleil brille et il n'y a pas de vent.

A la fin du bassin on vire de 180° pour prendre un chemin single trail bucolique parallèle au chemin aller mais dans une mini forêt large d'une cinquantaine de mètres. Bizarre ! le plan du parcours nous indiquait un passage de l'autre coté du bassin sur le meme chemin (genre faire le tour du bassin). Ils ont du changer à la dernière minute, si seulement j'avais su avant parce que c'est la ou les galères commencent : impossible de continuer au train. D'abord parce que 13.5km/h sur terrain accidenté m'ont jamais réussi (je les genoux plein de cicatrices grâce à mon incapacité à courir vite sur des single trails). Je me concentre pour ne pas trop ralentir mais devant ça bouchonne. Pff, je n'ai pas trop le courage ni envie de passer par les cotés pour doubler et suis à la queuleuleu tout en contemplant la nature. Cardio à 178. Hmm, je me suis endormie.

 A la fin de ces 2.5km les chemins se séparent : les 18kil partent faire un tour et nous on rentre par le chemin emprunté à l'aller : faux plat montant (plupart sur bitume). J'accélère sans conviction (un truc me dérange dans mon estomac), le dernier km (y inclut le tour dans le stade) en 4min25 environ. Cardio 184.
Arrivée en 33min39, pas terrible comme chrono mais ok vu le bouchon et le terrain. Cardio moyen 180, belle séance de seuil ça. 7ème femme, cinquième (??) SEF. Il y a pire, surtout sur une distance qui est une sixième de ma distance habituelle.
On nous remet le fameux t-shirt gris en XL, taille unique idéale pour la baleine moyenne que semble être le coureurs yvelinois, et une casquette bleue/jaune. Ah. De l'eau.

En restant un peu sur le stade les organisateurs (d'ailleurs top l'organisation, bravo) partagent leur interrogations sur le devenir de la distance de leur course avec les athlètes et la réponse est unanime : si l'organisation cherche à créér une course de distance officielle avec parcours mesuré  mieux vaut créer un parcours 100% sur route, roulant et propice pour des chronos et éviter ce single trail qui aurait même ralentit les premiers.

Je rentre un peu ennérvée par ce chono général mais contente de mes tronçons couru hors foret.

En route pour la Fin d'Oisienne la semaine prochaine (j'y vais en passant par la Tamise pendant quatre jours).




Article précédent Article suivant


  • loicm le

    donc la prochaine c’est distribution grippale gratos en provenance directe de chez les rosbeef ?

  • Bambi le
    exactement !!! avec un peu de chance j’en garderai un peu pour la Chesnaysienne

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés