Panier 0

Retour sur le 10km d’Ecquevilly – la Ronde des Dix Cotes

Courses

Cette saison c’est le 10km d’Ecquevilly qui ouvre la saison 2015 du challenge des Yvelines. Une petite course locale bien difficile avec une bonne ambiance que j’avais bien réussi à chacune de mes participations – un podium (scratch ou catégorie) à pratiquement chaque participation.

L’édition 2014 est la première de la nouvelle équipe d’organisation avec un parcours modifié – ils ont rajouté quelques cotes pour que le nombre de cotes soit égal à dix.

Ayant passé tout l’été à préparer des marathons très plats ça tombe un peu comme un cheveux sur la soupe mais le mois de novembre est le moment idéal pour faire quelques bosses sur des courses plus courtes.

Il fait plutôt frais, humide et gris quand j’arrive à la mairie d’Ecquevilly, aucun souci pour me garer à une centaine de mètres du départ (et de l’arrivée). Les dossards sont remis dans un gymnase bien au chaud. Peu d’athlètes sont présents, c’est un peu les habituels du challenge. Je salue un ami qui me lance « tu es dans les favorites de la course » - je me retourne pour m’assurer qu’il n’y ait pas une autre féminine derrière, non c’est à moi qu’il parlait. J’avais consulté les résultats de 2013, la course c’était gagné en 47’30 environ par une athlète assez rapide : et ça avec un parcours qui était moins difficile. Mon meilleur chrono étant plutôt dans les 48’ ou 49’ je vise au mieux 48’ avec les deux côtes en plus.

Je me place en troisième ligne au départ – derrière ceux qui courent le 6km et ceux qui partent pour le relais ; en fait les trois courses partent simultanément ce qui complique un peu ma stratégie (j’aime bien savoir pendant la course comment je suis placée et avec des multiples courses les observateurs ont du mal à nous donner des indications correctes)

Même si je pars relativement tranquillement à 4’15 /km j’ai l’impression d’être parmi les premières femmes du dix. Je double deux ou trois femmes sur les premiers 800m et ralentit pour me atteindre une allure confortable. Le Garmin est complètement inutile dans ce genre de course puisque tout doit se faire au feeling – pas trainer dans les côtes – sans pour autant se mettre complètement dans le rouge - et accélérer sur les derniers dix mètres de chaque cote pour vite revenir à une allure de croisière plus rapide sur du plat. Sauf du plat il n’y en a pas bcp sur le parcours. Ca monte ou ça descend. La première boucle de 2km est vite parcourue, je compte une bosse et deux côtes dont la grosse cote devant la mairie, un premier passage dans le village d’arrivée avec un changement des relayeurs, du coup je me fais doubler par pas mal de coureurs, logique. J’attaque la grand boucle pour la première fois, double quelques hommes, me fais doubler par une relayeuse et regarde mon Garmin pour la première fois au deuxième passage devant la mairie : une bonne moitié est dernière nous – j’accélère nettement au début de la troisième boucle : le plan c’était de courir vite les quatre derniers km, il me reste au moins quatre cotes et une bosse si mes « calculs » sont bons. On m’annonce que je suis deuxième féminine…hein ? Elle sort d’où celle-là ? Je me dis que ça doit être une relayeuse mais j’accélère encore un peu, jusqu’au cas où. Quand je suis en bas de la grosse cote de la mairie j’ai l’impression d’avoir vu une silhouette féminine en haut de la cote. Arrrgh. Pas très agréable mais là il va falloir faire un effort. Au milieu de la cote j’ai le CO2 qui se fait sentir et mon estomac commence à stresser. Dur dur d’accélérer sur les derniers mètres de la cote pour retrouver une allure plus rapide sur le plat. Mais bon, j’ai quand même envie de voir si je peux la rattraper et les jambes suivent même si le petit déj commence à remonter. J’arrive à m’approcher d’elle de plus en plus – elle est littéralement en mode jogging quand je la double à 600m de la ligne d’arrivée, en plus elle est effectivement relayeuse, donc pas une concurrente directe. Je me suis mise sacrement dans le rouge mais je continue au même rythme histoire de finir pus vite puisque c’st vraiment pénible : une dernière bosse et j’entends le speaker annoncer la première féminine – en m’approchant j’aperçois l’horloge officiel, je suis largement en dessous de mon chrono espéré : dernier sprint et je passe en dessous de 47 minutes.

Après un petit footing de recup j’attends la cérémonie de remise de prix dans le gymnase bien au chaud. Les podiums de la course relai, le 6km et le 10km se succèdent dans une excellente ambiance même si tous les gagnants n’ont pas attendu leur passage ce qui est dommage. A ma grande surprise, comme les années précédentes - les scratchs reçoivent un bon d’achat et comme je suis également 1ere V1F je reçois également une jolie coupe.

En résumé : un parcours encore plus exigeant qui permet de jauger son niveau d’entrainement avant le début de la saison des cross, excellente organisation bien pro avec une bonne ambiance et un bon speaker. Le plus de 2014 : le gymnase chauffé avec des vestiaires et sanitaires bien propres.

Sprint final - merci à l'organisation pour la photo !!

Sprint final - merci à l'organisation pour la photo !!

le nouveau parcours

le nouveau parcours

le profile de la course

le profile de la course

Retour sur le 10km d’Ecquevilly – la Ronde des Dix CotesRetour sur le 10km d’Ecquevilly – la Ronde des Dix CotesRetour sur le 10km d’Ecquevilly – la Ronde des Dix Cotes


Article précédent Article suivant


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés